Aujourd’hui, je vous parle d’écologie, de démarche environnementale et évidemment de communication (supports de com écologiques).
Et le nerf de la guerre, l’argent.
Adopter une communication éco-responsable c’est beau dans l’idée, mais combien cela va me coûter ?

La RSE n’est pas réservée aux entreprises de + de 500 salariés !

D’après la loi, la Responsabilité Sociale et Environnementale (RSE) concerne les grandes entreprises mais……rien ne nous interdit d’adopter des pratiques respectueuses du développement durable. Ainsi, nous allons en amont d’une loi qui impactera certainement à l’avenir, les TPE, les artisans, les entrepreneurs et les associations.

En réalité, nous n’avons pas le même budget communication que les grandes entreprises, alors comment faire pour allier nos valeurs et la réalité budgétaire ?

PICTO-AMPOULEMiser sur l’éco-conception

L’éco-conception d’un support de communication, qu’est-ce-que c’est ?
Lors de la conception du support de communication, la réflexion se fait en ayant conscience de l’impact environnemental de nos choix.

La conception du support suit le même questionnement que d’habitude : rédactionnel, visuel, choix du support, mode de diffusion. La particularité de l’éco-conception est que l’on va plus loin dans notre réflexion.

On veut faire le choix qui sera le plus pertinent pour notre business et notre planète.
Concrètement, voici les questions que vous pouvez vous poser en regardant votre brouillon (maquette) :

Le contenu textuel est-il adéquat à la cible visée ?

Cette première interrogation est primordiale. Elle vous parait certainement logique, mais je préfère insister sur ce point. Si le contenu n’est pas adapté aux attentes de votre cible (la personne visée par votre action de com), votre investissement dans ce support de communication sera inutile. Si une recherche approfondie est faite nous pouvons éviter des investissements infructueux.

Par exemple, ce week-end sur le marché, un jeune homme distribuait des prospectus mentionnant « -10% sur tout le magasin » sur un fond noir, écrit en gros en jaune et en bas du flyer le nom et l’adresse de la boutique… Est-ce que c’était utile d’imprimer des centaines de flyers avec une finition pelliculage (onéreux en+) pour être jeté 2 minutes après ? Votre cible vient dans votre boutique parce qu’il y a -10% ? et vous vendez quoi ? Vous êtes où (le plan d’accès est peut-être utile) ? Pourquoi je viendrais chez vous ? Je peux continuer longtemps mais je vais m’arrêter là. L’idée était bonne : profiter du marché pour toucher plus de clients potentiels.
Malheureusement dans la forme ce n’était pas assez réfléchi.

Donc vous l’aurez compris, une réflexion sur ce qu’on va écrire permet de maximiser la réussite de notre communication. Cela nous permet d’économiser des coûts de créations et d’impressions de supports de communication peu performants.

Astuces : Lorsque vous souhaitez créer un support de com, rappelez vous dans quel but vous faites cet investissement ? Est-ce que le support et le message répondent à l’objectif ? Demandez des avis extérieurs.

Quel format de support choisir ?

Et, oui cela tombe sous le sens, le coût de création et d’impression dépend de la taille du format. Maintenant que vous savez quoi écrire, il est temps de choisir le format adapté. Sachez qu’une taille « standard » d’impression évite des découpes de papier et donc du gaspillage. Lorsque je parle de taille standard je veux dire A5, A4, A3…

Dans la même logique que précédemment, différents aspects déterminent le choix du format, notamment le mode de distribution/ de diffusion, la quantité d’informations et le budget. Lors de l’éco-conception, on pense à la quantité de papier, et on privilégie des impressions recto-verso. Le site arjowigginsgraphic propose une calculette environnemental qui permet de calculer la réduction des coûts en « matières premières » et en « énergies » selon le format choisi.

site arjowigginsgraphic : la calculette environnementale

Pour économiser le coût d’impression et l’impact environnemental grâce au format du document il existe différentes astuces :

  • Réduire les marges
  • Bannir les pages unies de transition
  • Prévoir un flashcode sur son support pour aller plus loin. Cela permet de développer le contenu « accrocheur » et de proposer un complément en ligne.

Un format réfléchi contribue à des dépenses maitrisées et à un impact environnemental responsable.

Quel grammage de papier utiliser ?

Après le format du support, nous abordons la question du grammage. Le grammage correspond à l’épaisseur et la rigidité du papier. Toujours sur le site de arjowigginsgraphic, vous pouvez comparer les différents grammages. + le grammage est élevé + il est gourmand en énergie + il est cher à l’achat. Vous pouvez vous rendre directement chez votre imprimeur pour comparer « au toucher » les grammages. Vous pouvez également demander à votre graphiste de vous montrer des échantillons de papiers. 

Nous avons des repères : par exemple, le grammage du papier journal est de 35gr.m², le papier bureau est généralement entre 70 et 100gr, un flyer est à 135gr et une carte de visite entre 220 et 300gr.

Est-ce que mon support de communication est en accord avec le mode de diffusion ?

Il faut toujours se rappeler comment va être diffusé le support de communication. Il en découlera des contraintes techniques à prendre en compte lors de la conception. Prenons l’exemple des affichages sur les ronds-points pour annoncer un événement local.

Les contraintes liées à ce mode de diffusion Les solutions
Le climat Support résistant à l’humidité
Une lecture rapide Police de caractère facilement lisible et de grande taille

 

Nous vérifions que notre maquette d’affichage et notre choix de grammage et de finitions répondent bien à ces contraintes.

 

Vous pouvez maîtriser les coûts grâce à l’écoconception. Maintenant, parlons d’éco-responsabilité.

PICTO-AMPOULEMiser sur l’éco-responsabilité

Notre support de communication est prêt à voir le jour. Nous connaissons le contenu, le format, le grammage, il faut maintenant le designer et l’imprimer.

Il y a différents points dans cette grande notion d’éco-responsabilité, tels que :

  • Le choix de matériaux recyclés et biodégradable
  • L’impression à l’encre végétale
  • La minimalisation de l’empreinte carbone

Pour produire une impression éco-responsable, nous pouvons faire appel à un imprimeur en ligne ou local. Il faut être vigilant sur différents points : l’obtention du label print-envirronement, PEFC et imprim’vert. Privilégiez des impressions locales pour minimiser l’empreinte carbone. Pensez à vérifier quel le papier recyclé est issu de forêts protégées par le label PEFC.

logo labels impression écologique

Et de toute évidence il faut communiquer !!

L’impression écologique sur papier recyclé coûte en moyenne 15% plus chère qu’une impression équivalente sans choix écologique. Communiquez sur votre choix d’imprimer en conscience des enjeux écologiques. Les personnes sont sensibles aux actions menées par les entreprises pour préserver l’environnement. Vos clients seront touchés par votre démarche. Justifiez le coût de tel produit par votre choix de communiquer de façon responsable. OUI mon produit est à 0.50€ centimes de plus que celui de mon concurrent car j’ai fait le choix d’une conception et d’une impression écoresponsable.

Vous souhaitez adopter une communication éco-responsable ? Je vous propose 30 minutes de conseils personnalisés gratuits par téléphone. Il suffit de m’envoyer un email à contact@laurelinefoucault.fr,en mettant le texte suivant (et les réponses c’est mieux 😊)

« Bonjour,
Pour donner suite à votre publication, je voudrais bénéficier d’un bilan téléphonique gratuit de 30 minutes.
Je suis Prénom-Nom, mon activité.
Mon site internet : www.exemple.fr (si existant ou pages réseaux sociaux)
Je souhaite créer un support de communication pour « son objectif » à destination de « ma cible ».
Merci de me téléphoner au 06.00.00.00.00, plutôt le lundi entre 14h et 17h. »

Merci de partager votre expérience en commentaire.
Si vous avez connu peu de retombées suite à la diffusion de votre support de communication, je me ferai un plaisir d’analyser les points faibles et les points forts de votre support.

Pour vous faciliter l’échange vous pouvez utiliser ce texte:

Je suis Prénom-Nom, mon activité.
Mon site internet : www.exemple.frwww.exemple.fr (si existant ou page réseau sociaux)
Mon support de com :
Ma cible :
Mon mode de diffusion :
L’objectif de ce support :
Mes retombées :
Mon investissement :
J’ai fait appel à un professionnel : oui/non.